Suis-je à la bonne place ?

Comme beaucoup d’autres, vous vous demandez de temps en temps si vous êtes à la bonne place
dans votre boulot, votre couple, votre vie …

Mais c’est quoi « être à la bonne place » ?

En ce moment, je fais face à des difficultés personnelles. C’est donc une question que je me donne le temps et la permission d’explorer.

C’est sans doute dommage d’attendre les difficultés pour agir de la sorte mais c’est souvent face aux problèmes que l’on découvre sa vraie place ou, parfois, la place que l’on ne veut plus occuper. C’est le bon côté des mauvais moments, si on s’en donne l’occasion, ils peuvent nous permettre de grandir.

Pour être à la bonne place, il faut d’abord savoir ce qui nous épanouit, ce qui nous anime dans la vie, connaître nos besoins…

Au début de cette démarche, on a souvent tendance à penser qu’on ne pourra pas trouver sa juste place parce que « les autres » ne nous laisseront pas l’occasion de la prendre.

Mais là, je vous arrête tout de suite ! C’est totalement faux !

Trouver son épanouissement ne doit pas passer par l’autre ou par les autres. C’est une démarche qui doit vous être propre à vous et à vous seul.

Et pour ce faire, vous devez vous accorder de la valeur. Je dirais même vous octroyer de l’amour pour vous-même. Chacun a le droit de prendre soin de lui, de ses envies, de ses besoins. En fait cela devrait être une obligation qui nous permettrait de mieux vivre et de mieux trouver sa place au milieu des autres.

Car … quand on est à la bonne place, on s’épanouit, on est en harmonie. On dégage alors de la joie, du plaisir, de la sérénité. Et c’est tout bénéfice pour vous mais également pour votre entourage.

Loin de moi l’idée de vous dire que c’est toujours simple et limpide. Je ne vais pas vous mentir, il arrive souvent d’osciller entre prendre soin de soi ou prendre soin de l’autre en s’oubliant.

Mais il s’agit d’un moindre mal car, quand on a trouvé sa juste place, c’est quelque chose que l’on sent au plus profond de son être. Et même quand on se perd de nouveau à travers l’autre, on retrouve son chemin pour y revenir plus rapidement.

Si j’ai un conseil à vous donner c’est le suivant : écoutez-vous, allez à la découverte de vos besoins, de vos aspirations. On laisse de côté les « c’est de la faute de l’autre » et les « je ferai cela plus tard ». C’est maintenant qu’il faut commencer sans perdre de temps.

A ceux qui pourraient penser qu’il s’agit là d’un discours égoïste ou égocentrique, je réponds au contraire ! A condition de ne pas oublier de parler à l’autre de ces besoins que vous avez identifiés, de ces actions que vous avez envie d’entreprendre pour vous sentir « à votre place ». Communiquez pour votre démarche soit comprise et à quel point elle est juste pour vous à cet instant. Cela n’a rien à voir avec du rejet ou de l’égoïsme, justement, c’est de l’amour.

Je vous souhaite une bonne découverte de votre propre chemin.

Je vous embrasse.